Effluvium télogène (TE)

L’effluvium télogène (TE) se traduit par une chute brusque, rapide et diffuse des cheveux, 2 à 3 mois après un événement déclencheur comme une forte fièvre, une intervention chirurgicale majeure, un deuil, un traumatisme accidentel, un stress émotionnel, une maladie, etc. Lors d’effluvium télogène sans facteur discernable, la vérification d’une carence en fer, en vitamine D ainsi qu’un dosage des hormones thyroïdiennes T3, T4 et de la TSH s’imposent.

En cas d’effluvium télogène, le follicule pileux passe prématurément de la phase de croissance (anagène), en phase catagène (involution) et télogène (mort du cheveu), causant une chute rapide et intense de nombreux cheveux.

Il peut se produire une perte de près de 100 à 1000 cheveux par jour. Dans la phase aiguë de l’effluvium télogène (TE) le test de traction effectué au cabinet se révèle fortement positif, les cheveux sont facilement extraits de n'importe quelle zone du cuir chevelu. La prise en charge d’un effluvium télogène s’avére indispensable si on veut la résoudre entre 3 à 6 mois.

Toutefois, si le stimulus ou l’évènement déclencheur persiste la chute peut devenir chronique et perdurer pendant des années.

Effluvium télogène chronique (ETC)

Parmi les différentes causes d’effluvium télogène chronique (ETC), on retrouve l'anémie ferriprive, l’hypo ou l’hyperthyroïdie, la malnutrition, acrodermatite entéropathique, la carence en zinc…

Les effluviums chroniques diffus trouvent généralement leurs origines dans un problème métabolique, endocrinien, traumatique ou psychologique non résolu. Le temps passant, les cheveux s’affinent et se fragilisent de plus en plus. La durée pathologique du cycle pilaire se raccourcit considérablement et le capital cheveu se consomme prématurément.