L’héritage génétique

Incontestablement, la forme la plus répandue de l’alopécie consiste en une prédisposition, un héritage génétique propice à la calvitie. L’AAG en est l’expression la plus sévère et s’avère difficilement « solutionnable » surtout lorsqu’elle se manifeste chez un sujet jeune. Dans son aspect le plus marqué, elle apparaît en général entre 17 et 27 ans et affecte moins de 8%  des hommes. 

 

Les cas les plus sévères d’alopécie androgénogénétique engendrent une calvitie qui peut être totale avant l’âge de 25 ans.

Malgré ce diagnostic, l’AAG peut être canalisée et des solutions telles que le complément capillaire ou la transplantation apportent des réponses plus que satisfaisantes et pérennes.

Plus l’alopécie se déclare tardivement, moins l’influence génétique prédomine. Dès lors, un traitement adapté canalisera la chute de cheveux ralentissant voir stoppant le processus alopécique.

En savoir plus
J'ai 20 ans, je perds beaucoup mes cheveux, mon père est chauve, ses frères aussi j'ai peur de devenir pareil;…